Il faut parfois savoir se perdre pour mieux se retrouver…

C’est en lisant le roman initiatique Au nom du corps, de Caroline Gauthier que j’ai compris ce qui me fait vibrer dans ma vie.

Se perdre pour mieux se retrouver?

D’abord, pourquoi lire Caroline Gauthier?

Pour reprendre le contrôle de votre vie, pour apprendre ce qui vous fait vibrer et pour savoir établir vos priorités.

J’ai lu le roman de Caroline Gauthier, Au nom du corps.

Je dois dire que j’ai débuté ce livre un an auparavant. Et pourtant j’ai dû le poser, me poser en fait. Car durant presque un an, sans doute, je devais continuer à cheminer, à assimiler cette première partie du livre. Avant de m’autoriser à le poursuivre, à le terminer et comprendre ce que je venais y chercher.

Et après avoir terminé, je suis tombé sur ce passage au début de ce roman initiatique ;

Vous reviendrez à moi, même si vous me laissez sur la table de nuit pour un temps, parce que vous savez déjà intuitivement que je détiens des clés ; des clés qui vont vous permettre de cerner ce qui est à l’œuvre, non seulement dans notre société, mais aussi et surtout à l’intérieur de votre propre demeure.

Je suis certain que relire ce livre m’apporterait le même plaisir. Et, bien d’autres découvertes insoupçonnées sur moi-même !

Au nom du corps est un livre sans fin. Car la fin dépend uniquement de ce que nous en ferons…

Se reconstruire après un échec

De la dépression à l’éveil à travers un chemin initiatique…

Une femme qui vit dans le matérialisme perd tout ; travail, mari et surtout… l’espoir !

Mais en perdant tout, elle gagnera tout. Car elle se (re)trouvera.

Elle comprendra graduellement qui elle est.

Et elle se reconstruira peu à peu.

Elle se refera des bases, ses bases.

Pour guérir.

Pour être…

J’aimerais tellement à l’issue de ma lecture, vous voir hurler, crier, rugir, rire, danser, pleurer, jouir, et sourire…, afin d’avoir la preuve que vous êtes de nouveaux vivants !

Derrière notre mort possible, y aurait-il une vie? Notre vie.

Mais comment me retrouver ?

Ce qui aide vraiment quand on cherche quelque chose, c’est de chercher au bon endroit.

Vous cherchez votre salut à l’extérieur de vous-même, mais il n’y a point de salut en dehors de votre centre, de votre corps qui est votre maison. Et il temps de l’habiter cette demeure laissée sans propriétaire depuis trop longtemps.

À travers du journal intime de l’héroïne du roman, Charline, vous devez être prêt à découvrir l’itinéraire d’une âme qui pourrait bien être la vôtre.

Et avoir le courage de votre propre traversée du désert !

En entrevue exclusive avec l’auteure de Au nom du corps, j’ai creusé certaines questions à Caroline Gauthier pour clarifier ma lecture, ma compréhension.

Bio de Caroline Gauthier

Un jour, un tsunami intérieur et extérieur non contrôlé a tout déconstruit ce qui ne m’appartenait pas et m’a conduite pas à pas sur le chemin de ma féminité perdue.

Après une longue traversée de mes blessures les plus profondes, j’ai pu suivre l’élan de mon cœur et de ma terre intérieure.
Je suis donc passée d’un statut de femme doctorante en économie, cadre et salarié, à la création de ma propre activité ; et je me suis lancée en parallèle dans l’écriture d’un Roman , d’articles et de poèmes, témoignant de cette transformation.

Je suis donc passée d’un statut de femme doctorante en économie, cadre et salarié, à la création de ma propre activité ; et je me suis lancée en parallèle dans l’écriture d’un Roman , d’articles et de poèmes, témoignant de cette transformation.

Entrevue exclusive avec Caroline Gauthier

Votre livre me semble un livre pour se re-trouver…, comment se rend-on compte que quelque chose ne va pas dans notre vie?

Voici quelques signes qui montrent que quelque chose ne va pas, ou ne va plus dans notre vie :

• Le refus de ne pas vouloir toucher l’espace du vide.
• Le fait de vouloir fuir la douleur et la solitude.
• Le refus de s’accorder une pause dans notre vie. Comme si nous devrions toujours marcher à fond !

On a appris à toujours vouloir quelque chose !

Pourtant, en regardant la nature qui nous entoure, on se rend bien compte que des périodes de calme et de récupération sont bien normales.

Les cycles font partie de la vie.

Et nous, on voudrait toujours être en été ou au printemps !

Bref, vivre un creux est vu comme quelque chose d’anormal.

Surtout pour un homme, il n’a pas le droit de s’arrêter. C’est un peu comme une course en avant…

Quand on refuse un temps de repos, c’est la mort!

Pourquoi faut-il un coup dur pour décider de changer ?

Notre éducation nous a appris à nier nos émotions, encore plus pour les hommes que pour les femmes. Et puisqu’on est si loin de nos émotions, on a besoin de vivre une crise immense pour se reconnecter.

S’il y avait une éducation précise sur nos émotions…

C’est-à-dire que si on nous enseignait le sens d’une peur ou de la colère plutôt que de nous dire ce n’est pas grave, n’y pense plus…, on n’aurait pas à vivre une crise pour changer.

Et si on nous expliquait tout jeune : tu es en colère parce que quelqu’un a empiété sur ton territoire et pour toi c’est une valeur importante… On se comprendrait mieux.

Pourquoi est-ce si difficile de changer ce qui doit être changé ? 

Qu’est-ce qui nous retient de tenter de changer, de faire face, de tenter de devenir un peu plus lumineux ?

C’est la peur de faire des erreurs, de traverser nos douleurs, de faire face à nos peurs. Alors, on préfère refouler le tout.

On a tous peur de revivre notre ou nos grandes peurs du passé.

Le truc c’est d’être présent à la sensation qui m’habite à ce moment-là.

De passer de l’émotion à la sensation qui m’habite.

À la limite, on peut remercier ce qui arrive et …l’aimer ! Car c’est ainsi qu’on s’en libèrera. En étant tout près de son corps, pour le sentir, le ressentir.

C’est un peu comme si on aimait la mer sans aimer ses vagues… Les vagues étant les émotions qui nous traversent.

C’est parce que nous voulons les contrôler ces émotions négatives, qu’elles continuent de nous nuire.

Il s’agit de toujours être attentif à la sensation qui nous arrive. Sans la juger !

Et de là on regarde ce que cela veut dire… sans jugement.

Et on laisse aller !

Par exemple, tiens j’ai de la colère, ce n’est pas bien !

C’est au plus près du corps que l’on accède à l’esprit !

On a tellement décrié le corps, pourtant c’est lui le temple. C’est là que tout se passe… Aussi, se reconnecter avec lui permet la libération.

Il s’agit simplement d’être présent à l’émotion qui m’habite à ce moment-là.

Quelle est la sensation qui m’habite ?

Et être présent à la sensation sans juger.

En lui disant « merci d’être là ».

Et de capter le message qu’il porte…

Un exercice pour retrouver notre essence véritable ?

Bref, qui sommes-nous et comment pouvons-nous arriver à nous définir ?

Ce n’est pas un exercice facile que de retrouver sa pépite personnelle.

Il y a toute cette peur à dépasser du jugement que les autres peuvent avoir sur ce que vous vous apprêtez à faire naître… Ce qui demande de connaître le processus à mettre en œuvre pour y arriver. Car de là, vous vivrez vos plus grandes blessures, car c’est ce qui vous empêchait d’être vous-même.

Étape 1: Quelle stratégie mettez-vous en place quand un de vos besoins n’est pas respecté ?

Souvent notre façon de réagir quand on est coincé (comme crier, se crisper ou quitter les lieux) est à l’inverse de notre besoin d’être reconnu.

Souvent, on a mis en place une protection et non une stratégie qui nous aide à atteindre notre but.

Étape 2 : Qu’est-ce que tu ferais si tu étais reconnu ?

Et là, la personne ne sent pas le besoin de mettre une protection.

Il n’y a pas de besoin de se protéger en fait.

Étape 3 : Es-tu conscient que quand tu vas lâcher ça, tu vas vivre la chose la plus douloureuse pour toi ?

Imaginez une situation dans laquelle vous n’êtes pas reconnu et que vous agissez différemment : vous ne fuyez pas, vous ne criez pas, vous ne faites rien.

Vous restez.

Vous accueillez.

C’est une souffrance énorme à vivre, mais ensuite, ça va !

Comment fait-on pour trouver sa ou ses missions de vie ?

Notre mission de vie est l’une des notions les plus importantes à connaître pour comprendre le sens global de nos vies, et peut-être même la raison essentielle pour laquelle nous nous sommes incarnés sur cette Terre.

Grâce à cette notion, on peut trouver notre légende personnelle, trouver ce qui nous anime, et irriguer tous nos projets de vie…

Il y a d’abord la notion de projet de vie, celui que nos parents ont eu pour nous bien avant la conception et dans le ventre de notre mère. On est évidemment en fusion avec notre mère durant neuf mois au cours desquels on vit ce que vit notre mère. Un genre de fusion….

On vient donc au monde avec marque de fabrique, on hérite d’un programme qui peut être assez limitant.

On est appelé à vivre ça, soit comme quelque chose de très contraignant ou comme un défi !

Et il y a notre façon de réagir à nos blessures est-ce que je peux le mieux enseigner aux autres.

Pour ça, il ne faut pas avoir peur de traverser l’ombre pour la transmuter.

Il ne faut pas tenter de cacher que l’on n’est pas que lumineux. On ne peut pas toujours être dans la lumière. C’est impossible. Il n’y a pas de lumière sans ombre !

Le vivant n’est pas parfait. Et c’est bien ainsi !

Quand je parle, je parle avec mes blessures et c’est pourquoi les gens s’identifient à moi.

Quel livre! Comment avez-vous fait?

Ce livre était en gestation depuis plusieurs années…

Et ce n’était jamais le moment de l’accoucher.

Et tout d’un coup, je n’avais plus le choix, il y avait une force brute qui m’a traversé, il fallait que ça sorte ! C’était une vibration qui me traversait dans la chair, plus grande que moi. Plus je plongeais dans mes blessures et plus je trouvais, j’étais passionné. Je n’ai pas eu d’autres choix que de la sortir.

Je suis quelqu’un de très structuré, je suis un docteur en économie, je suis donc en train de théoriser mon livre à l’intérieur d’une formation….

Qu’est-ce que décoder son émotion

La femme a un avantage à ce niveau.

Et souvent l’homme ira toucher un peu plus à ses émotions grâce à la femme.

La sexualité donne à l’homme la chance de vivre ses émotions. C’est en sens que le couple est magnifique !

Et la femme, elle, a besoin de l’axe, d’une direction que lui fournit l’homme

Le couple, un beau sujet pour un second roman!

En conclusion

En conclusion, ce livre figure parmi les plus beaux livres que j’ai lus dans ma vie. Il est, selon moi, un outil pour vous libérer de ce qui ne vous appartient pas et pour vous aider à créer le renouveau dans votre vie.

Se perdre pour mieux se retrouver…

Vous vous demandez sans doute pourquoi j’ai écrit cet article alors que mon blogue traite de Bonheur financier. C’est que des années de réflexion m’ont confirmé l’importance d’être soi… avec son argent! C’est là un défi que je peux vous aider à relever, en 21 jours!

Merci de me faire vos commentaires !

Marc Blais, coach en bonheur financier

Marc est conférencier, formateur et auteur du livre « Reprenez rapidement le contrôle de votre vie financière! » Sa mission est de vous aider à vivre le Bonheur Financier.
Marc Blais vous partage son expérience de vie ainsi que ses trucs les plus efficaces pour être soi et mieux gérer l’argent dans votre vie.

Pin It on Pinterest

Partage cette page!